top of page

La pensée positive

Dans le développement personnel, on insiste souvent sur l’importance de la pensée positive. En quoi consiste-t-elle ? Qu’apporte-t-elle ? La pensée positive peut-elle avoir des effets négatifs ??


1- Qu’est-ce que la pensée positive?

Appliquer la pensée positive consiste à se mettre dans un état d’esprit positif, à adopter une perspective optimiste en toute situation.

Plusieurs auteurs ont contribué à l’émergence de la pensée positive. On peut citer notamment :

· Emile Coué – pharmacien de la fin du XIXe fondateur de la méthode Coué basée sur l’autosuggestion

· Ernest Holmes – philosophe né en 1887 auteur de nombreux livres traitant de la pensée positive

· Dr. Norman Vincent Peale - Pasteur américain né en 1898, proche d’Ernest Holmes, également auteur de nombreux livres sur la pensée positive


Afin de cultiver la pensée positive, il peut être utile de :

· Pratiquer la gratitude : réserver quelques minutes chaque jour à identifier 2-3 choses de sa vie pour lesquelles on peut être reconnaissant, sans oublier des choses très simples comme avoir un logement ou manger à sa faim…

· Être dans le présent : se focaliser sur le présent évite de faire des projections négatives anxiogènes ou de ruminer des évènements désagréables du passé

· Accepter les échecs : les considérer comme des moyens d’apprendre et de progresser

· Identifier les pensées négatives : être attentif à ses pensées négatives pour pouvoir les reformuler en pensées positives

· S’entourer de personnes positives : privilégier dans son entourage les personnes positives contribue à alimenter un état d’esprit positif.


2- Qu’apporte la pensée positive ?

Une étude menée sur des personnes atteintes de troubles anxieux généralisés a montré que les patients réduisaient significativement leur anxiété et leurs soucis après un mois passé à remplacer leurs préoccupations par des images ou une verbalisation d’issues positives aux situations sources de leurs angoisses*.

Plusieurs expériences* ont montré l’influence bénéfique de la pensé positive à différents niveaux : réduction du risque de crise cardiaque, amélioration de la santé et augmentation de l’espérance de vie, effets bénéfiques sur le système immunitaire, traitement de troubles psychologiques comme la dépression, l’anxiété et le stress…


3- Les écueils de la pensée positive

Il semble intéressant ici de faire une distinction entre pensée positive et psychologie positive.

Le père fondateur de la psychologie positive en 1998 est Martin Seligman (éminent psychologue du XXe siècle, président de l’association américaine de psychologie).

Selon Florence Servan Schreiber (autrice, conférencière, professeure en psychologie positive), « la pensée positive suggère une attitude positive en toute circonstance là où la psychologie positive considère que certaines situations requièrent d’être regardées avec réalisme ou négativité, comme un pilote confronté à une mauvaise météo. »

Cette distinction est importante : en s’obligeant à tout voir au travers de lunettes roses en permanence on s’interdit de ressentir tout le panel de ses émotions. Être triste, en colère, frustré … est perçu comme désagréable, « négatif », mais ces émotions doivent être reconnues et ressenties. Les balayer sous le tapis aura un effet néfaste sur votre énergie. Il est nécessaire de se laisser un temps pour les exprimer, sans tomber dans la victimisation en tenant une personne tierce ou une situation pour responsable de ce que l’on éprouve.


Apprendre à penser de manière positive reste un atout, à condition de rester vigilant à ne pas inhiber ses émotions. Les émotions portent un message. Elles doivent être entendues, accueillies. La neuro bioénergie quantique peut vous aider à décrypter les messages, à comprendre quelles émotions ont été refoulées et comment corriger les déséquilibres énergétiques engendrés avant que des dysfonctionnements ou maladies émergent.


*Ressources :

  • Claire Eagleson, Sarra Hayes, Andrew Mathews, Gemma Perman, Colette R. Hirsch (2016), The power of positive thinking: Pathological worry is reduced by thought replacement in Generalized Anxiety Disorder, Behaviour research and therapy, Vol. 78, pp 13-18

  • Eric S. Kim, Nansook Park, Christopher Peterson. Health and Retirement Study. Stroke, 2011

  • Levy Br, Slade MD, Kunkel SR, Kasl SV. Longevity increased by positive self-perceptions of aging.2002 Aug: 83(2):261-70

  • Rosenkranz MA, Jackson DC, Dalton KM, Dolski I, Ryff CD, Singer BH, Muller D, Kalin NH, Davidson RJ. Affective style and in vivo immune response: neurobehavioral mechanisms. 2003 Sep 16; 100(19):11148-52

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page